Florent Mabilat

La peinture est entrée par accident

Un tronc d'arbre

Le tronc d'arbre qui fonctionne éloigne de l'humain

En même temps qu'il traverse

En emportant avec lui un morceau de chair

La peinture faite, le tronc n'importe plus

Il est l'invisible support

C'est une sorte de corps chaotique, confus, hybride, incertain

On ne sait pas précisément ce que c'est mais ça frappe

La force de ce trouble est le point de départ

Le reste c'est le travail de peinture

 
 

Painting enters forcibly like a ram.

A tree trunk.

A tree trunk that « functions » as to distance itself from the human and at the same time that it crosses him it takes a little bit of flesh.

It is a type of body hybrid, confused, uncertain.

We do not know what it is, but it is striking.

The intensity of the confusion is the starting point.

The rest is the job of the painting.

 
 

La pintura me llego repentinamente, como de golpe.

Un tronco de arbol.

Un tronco de arbol que « funciona » crea distancia con lo humano y lo atraviesa al mismo tiempo, llevando consigo un pedazo de carne.

Es un especie de cuerpo hibrido, confuso, incierto.

No se sabe lo que es, pero certamente comunica.

La fuerza de la confusion es el punto de partida.

El resto es el trabajo de la pintura.