L’essaim d’art ! – Nouvelle façade

Les voilà enfin ! Les beaux seins de la création !

△▲△▲△▲△▲△▲△▲△▲

Mais dites-nous, Eve Tesorio et Karin Kralova (Kaya), c’est quoi exactement le projet de cette façade ?

Pourquoi les seins ?
Certainement parce que je suis une femme. L’idée m’est venue spontanément. Ils symbolisent la première « nourriture », celle qui fait grandir les humains. (Eve)

Y-a-t-il un rapport entre les seins et les déchets ?
Clairement non !
Les seins sont le symbole de la vie qui nourrit ! Les déchets sont le symbole de la consommation et de notre progrès ! (Eve)

Pourquoi les bouteilles en plastique ?
Il fallait trouver simplement et rapidement des déchets transparents et volumineux. (Eve)

N’y avait-il que du recyclage dans cette création ?
Non, le recyclage se devait être la base importante et visible de la réalisation. Elle est aidée par des objets (des inventions de l’Homme –invisiblement utile à la vie !- comme le fil de fer, les baguettes électriques… (Eve et Kaya).

La façade s’expose pendant 6 mois, que deviennent tous ces déchets après ?
Merci pour cette question !
Tout d’abord, Nous allons essayer d’exposer ailleurs ces seins (pourquoi les proposer à Beaubourg, au Palais de Tokyo, en Province, à l’étranger), si c’était le cas nous amplifierions cette œuvre en construisant autour, peut-être la femme qui porte ces seins, ou un univers interplanétaire !!! (Eve et Kaya).

Auriez-vous choisi un homme comme partenaire de travail ?
Tout d’abord, il me tenait à cœur de travailler avec Kaya, en tant que personne. Nous avons déjà réalisé une façade pour le 59 ensemble.
La question de quelqu’un d’autre ne m’est pas venue.
Je ne sais pas si j’aurais pensé à un homme … (pas sûr !). (Eve)

Cette œuvre devait être plus grande, pourquoi ne pas l’avoir fait comme prévue ?
Pour des questions techniques de temps, et d’espace pour la « sorite d’usine », (la porte de sortie du 59 ne fait « que » 4 mètres de haut !) (Kaya et Eve)

Est-ce que techniquement cela a été difficile à réaliser ?
Oui au départ, il y a eu plusieurs tentatives. Mais une fois que le système a été trouvé, c’était plus complexe que compliqué !
Une chose est sûre, c’est que sans les coups de mains apportés, nous n’aurions pas pu tenir les temps, et là cela aurait été difficile, vue la grandeur de ces seins ! (Kaya et Eve)

Quelles ont été les découvertes et ressentis pendant ce travail de réalisation ?
J’ai découvert plein de choses techniquement et humainement. J’ai déjà appris avec Eve que l’on peut faire tellement avec la matière récupérée, la réutiliser au lieu de jeter !
On peut faire de l’art avec plein d’éléments de récup, il suffit d’avoir beaucoup d’imagination mais certainement aussi de la pratique, ce qu’elle a déjà.
Humainement aussi bien sûr, savoir être à l’écoute et pouvoir partager les idées. (Kaya)

Quels sont les moments phare dans cette réalisation ?
Il y a eu tout un mélange de sentiments. La joie d’être choisie par Eve, l’euphorie du début, l’angoisse quant aux problèmes techniques, le soulagement après avoir récupéré le nombre de bouteilles (plus de 1200) et la réussite du 1er sein. Bien entendu le bonheur de la réussite de l’accrochage avec l’aide des artistes du 59 ! (Kaya)
Ces moments sont remplis d’ascenseurs émotionnels, l’excitation du projet et la joie d’être avec Kaya, l’infini dévouement de ma sœur m’a ému, les minutes de calme et d’opiniâtreté face aux difficultés m’ont aidé à poursuivre en y croyant. L’immense émotion quand nous étions tous en ronde autour du sein pour le sortir sur le trottoir. L’effervescence pré accrochage et enfin l’innommable émotion quand toute une équipe d’abeilles s’est mis à hisser ces seins, si lourds ! enfin tenus aux garde-corps de la façade du 59.
Ah et les petits moments intimes, vécus à tour de rôle, à l’intérieur de chaque sein, pour les consolider, les nouer ! (Eve)